Compte-rendu de la journée du 12 septembre 2010 en Haute-Saône


Compte-rendu réalisé par Serge et Monique

Un dimanche en Haute-Saône profonde
sur les traces de la famille maternelle de Serge.

Ah! ce Serge qu'est-ce qu'il nous a encore concocté?

Dimanche 12 septembre 2010 regroupement sur le parking de Carrefour Valentin. Nous retrouvons les tractions de Serge et Monique, de Guy et Nicole, de Maurice et Raymonde, d'Emmanuel et Myriam, de Yves, Geneviève et Adrien; la SM d'André avec Florent; et le vilain petit canard de service (une Peugeot) avec à l'intérieur Thomas en conduite accompagnée, Alain et Dominique (soit disant la DS n'a pas voulu sortir de son enclos !!!).

Après la remise d'un road book départ vers VESOUL et sa motte. Nous retrouvons à QUINCEY la 15 hydro de Patrice et Chantal.

Mise en jambe par la montée à Notre Dame de La Motte; un vrai chemin de croix pour certain; mais les efforts sont récompensés par une vue magnifique sur VESOUL et sa banlieue, le soleil étant de la partie.

Serge nous raconte une page d'histoire qui le touche de très près. En effet, jour pour jour, son Papa le lieutenant LE DANOIS le 12 septembre 1944, après avoir défendu avec une section de maquisards du groupement"V" la motte jusqu'à la dernière cartouche , fut mis au mur pour être fusillé avec ses camarades par les SS comme terroristes. Ils furent sauvés in extremis par l'arrivée des chars américains libérateurs de VESOUL. Ce jour là Serge a failli être orphelin de père.

On quitte VESOUL  et après la descente de "la goulotte" nous arrivons à FAVERNEY. Nous retrouvons François et Aude RAISON, les cousins de Serge, qui nous piloterons pendant une partie de cette journée.  Nous retrouvons aussi la famille TRAVERT avec sa traction 11 N et un espèce de rase motte qui aux dernières nouvelles serait une voiture du peuple (VV). Nous sommes accueillis par Jean ROBIN un fondu des cars CITROËN. Il nous fait découvrir son cheptel :

- Une jeep DELAHAYE.
- Un magnifique camion FORD type Canada  8 cylindres (ah mes amis  quelle musique !!!).
- Un camion WHITE qui a servi au Mexique et est arrivé en France en 1917.
- Un magnifique car CITROËN qui était à l'état d'épave. Le moteur n'est pas celui du 6 cylindres des tractions.

Il est à signalé que tous ces véhicules ont été entièrement démontés  et au remontage de nombreuses pièces ont été refabriquées par Jean ROBIN; Chapeau le mécanicien, soudeur, carrossier, peintre, électricien   bref il sait tout faire et il le fait très bien.

On repart vers notre lieu de pique nique en passant par AMANCE, CONTREGLISE. Nous arrivons au milieu de nulle part en Haute-Saône profonde à savoir : la ferme GENEVOIS près de SAPONCOURT.

Serge nous indique que cette ferme fut à la fin du 19 ième siècle le berceau de sa famille maternelle. Louis et Delphine MILLEFERT , les arrières Grand-Parents de Serge, ont exploité cette ferme. 14 enfants y sont nés. 2 sont morts très jeunes (quelques mois) et 2 sont morts à la guerre 14-18 ou de ses suites. Ali MILLEFERT, l'aîné des enfants était le Grand-Père de Serge. Frédéric METRIS et sa famille, après nous avoir offert un magnifique rodéos en 4X4, sont venus nous souhaiter la bienvenue sur leurs terres.

Après un repas ensoleillé, où le "Gandoillon"du Val d'Ajol (sorte d'andouillette) a réjoui nos papilles, une prune haute-saônoise de 1970 a aidé certain à digérer.

Joyeux et repus nous traversons le "village rue" de SAPONCOURT pour nous rendre dans le bas du village dans les hangars de la famille RAISON. Ah!  mes amis …que de l'authentique .. des véhicules poussiéreux à souhait mais au combien émouvants.

Des voitures des années 50 à 80 (juvaquatre, 2 CV, divers Renault, D super5, espèces de buggy cross, 4X4 International (c'est quoi la marque demande Guy?). Toujours dans le même corps de bâtiment une lignée de tracteurs de tous genres.  Dans un autre corps, des moisses-bat Mac Cormick International, un puissant camion International qui fait beaucoup de bruit, un camion Citroën de déménagement de Luxeuil. Dans un autre bâtiment nous trouvons d'autres tracteurs dont un Labourier  fabriqué à Mouchard équipé d'un moteur Douge fabriqué à Besançon. Il y a parmi tous ces matériels des monstres que notre ami Alain a eu plaisir à faire rugir et fumer. Certains ont dis qu'ils reviendraient avec un porte-char!!! Pourquoi faire?

Après cette passionnante visite, nous avons repris la route pour un arrêt à un monument en lisière de forêt commémorant le "maquis 82" de Magny les Jussey. Ce dernier s'est illustré pour, entre autre, les sabotages ferroviaires de la ligne Paris Bâle ayant pour conséquence l'engorgement total de la tranchée de Baulay.

Ils ont aussi capturé le général SS Von Brodowski instigateur du massacre d'Oradour sur Glade.

Après un regard à Baulay sur la célèbre tranché nous rentrons sur Besançon avec un orage aux fesses qui nous a rattrapés au niveau de Voray.

Grand merci à Monique et Serge qui nous ont concocté cette très belle journée ensoleillée en Haute-Saône.